• 25. Escapade au musée de Laval

    25. Escapade au musée de Laval

     

    Pero GRGEC: "les centaures" (carte postale achetée au musée)

    Est-ce Petar Grgec, le natif du village de Klostar-Podravski (1933)? Car Petar, peintre sur verre (technicien en construction par ailleurs), a grandi dans l'amour des chevaux. Il dessine les mêmes souches d'arbres que dans le tableau "les cabanes". Alors, Pero est Petar, sauf erreur! Les centaures se chamaillent, et les êtres humains n'ont plus qu'à se raccrocher aux branches...

    Depuis le temps qu'il en parlait! Enfin Cébizar s'est rendu avec Nouba au Musée des Arts naïfs et des arts singuliers, niché dans le vieux château de Laval. L'entrée la plus chouette, c'est par un petit portillon près des quais: on monte jusqu'à la cour intérieure par un beau jardin discret. C'est en 1967 que fut ouvert ce musée des arts naïfs (entrée gratuite, si, si), et il recèle quelques oeuvres de nos chers "yougoslaves", réunis dans une petite pièce ronde, sans fenêtre, par laquelle on accède en passant sous une voûte de pierre. Un peu comme les fonds baptismaux dans une église.

     

    25. Escapade au musée de Laval

     

    Ivan LACKOVIC: "la cueillette"

    Oh! Ivan Lackovic! Tout de suite reconnu, au milieu des bois passent les hirondelles, dont le vol épouse la trajectoire de la branche d'arbre cassée. A côté, un tableau d'Antun Bahunek ("bouquet d'arbres", photo juste récupérée). Antun est un peintre de la première génération, né en 1926 à Varazdinske-Toplice (Croatie). Son style est reconnaissable entre tous, avec ces arbres en forme de cercle. A dire vrai, il ne m'emballe pas autant que d'autres. Et pourtant, il a fait un feu d'artifice de son  style, de ces arbres dans le paysage. Apaisant à coup sûr. Manquent les légendes de la Podravina: les êtres des marais, les paysans avec leur fourche en bois, les vaches pataudes, les hirondelles rapides, les tziganes en haillons, formidables, leurs étranges coutumes, les coqs fiers, les fêtes d'après récolte qui tranchent avec le sérieux de la vie de tous les jours sous le crucifix

    25. Escapade au musée de Laval

     

    Antun BAHUNEK: "Bouquet d'arbres" (photo de Mélotte Mc Dermott)

    Antun dit: "j'emprunte mes sujets à mon enfance. Je me rappelle comment nous conduisions le bétail au pâturage et quand nous traversions les bois. Je remarquais qu'au printemps tout était vert et qu'en automne il y avait du jaune, de l'orange, toutes sortes de couleurs. Le printemps est une saison magnifique lorsque les feuilles nouvelles éclosent et que le soleil brille. Le matin, quand la rosée les humecte et que souffle une légère brise, les feuilles semblent s'agiter comme des formes rondes".

    25. Escapade au musée de Laval

     

    Ivan GENERALIC: "Mort en bière" 1970

    Un pincement au coeur en découvrant ce mort en bière du Boss de la Podravina, avec les mêmes grands pieds que représente Mijo Kovacic. Une peinture de son fils Josip, vous savez, celui que le flower power de 1967 avait touché au coeur (voir l'article sur Josip et ses influences hippies), surprend deux baigneuses au bord de la rivière, où tout est calme et volupté. Remarquez qu'elles ont des serviettes de bain, on n'est plus dans l'après-guerre, fichtre!

    25. Escapade au musée de Laval

     

    Josip GENERALIC: "Les baigneuses" 1967

    A côté de Josip, un petit tableau de Franjo Mraz, le partisan rescapé de la guerre, l'un des fondateurs de l'école dite de Hlebine (photo non disponible, mince), un petit rectangle d'émotion. Il y aussi le coq de Petar Ristic, déjà évoqué dans ce blog, dont on avait envie d'entendre le "Cocorico!". Cette fois c'est fait. Un jour nous partirons enfin vers la Croatie découvrir les grands musées, notamment à Zagreb.

    25. Escapade au musée de Laval

     

    Petar Ristic: "Le coq" (photo de Mélotte Mc Dermott). A rapprocher du "Coq blessé", chapitre 18 de ce blog...

     

    25. Escapade au musée de Laval

    Ivana LOVKOVIC-MATUNU: "Coquelicots"

    Et pour terminer, belle surprise, trois très petits tableaux sur verre d'Ivana Lovkovic (née en 1951, 3ème génération de l'école de Hlebine nous dit le musée), des merveilles de délicatesse, malheureusement un peu difficiles à apprécier lorsqu'on a passé 50 ans et qu'on a oublié ses lunettes. Ivana Lovkovic, les livres dédiés aux naïfs yougoslaves dans les années 1970 ne disent rien d'elle. Quel fâcheux oubli. Ce blog va se renseigner. A bientôt!

    n.b: pour la 1ère fois, lors de la visite du musée du vieux château, le blog a reproduit quelques tableaux vus et dont les photos prises n'étaient pas convaincantes. C'est une exception: tous les textes, toutes les illustrations de ce blog proviennent d'une collection des années 1975-1985. D'ailleurs, ce blog s'était arrêté à cette époque, jusqu'à cette escapade à Laval qui a fait regretter la grande exposition d'art naïf qui se tenait annuellement à Verneuil sur Avre autour des années 2010. Terminons par ce commentaire laissé récemment sur ce blog: "l'art naïf, c'est le charme, la séduction, les couleurs de la vie, scènes de tous les jours, vu simplement avec le regard de l'enfance. C'est fabuleux". Pas mieux!

    cebizarlemek.eklablog.com


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :