• 19. Funérailles à la Slave

    19. Funérailles à la slave

     

    Ivan LACKOVIC CROATA: "Funérailles du pauvre" 1966

    Un peu de gaîté, intéressons-nous au thème de la mort, des enterrements, chez nos naïfs yougoslaves! Et retrouvons Ivan Lackovic, l'un de nos cracks préférés, pour les funérailles d'un pauvre en hiver, saison de la solitude. Au commentaire, Vladimir Malekovic, spécialiste de l'art "autochtone" (une autre façon de dire "naïf", un terme que tant s'emploient à éviter): "Funérailles du pauvre est la première et la plus importante toile de Lackovic du cycle des nostalgies mythiques. A l'origine de cette oeuvre ne réside pas l'émotion de l'artiste, mais un point de vue ingénu. A travers un paysage désert et enneigé dix personnages accompagnent le triste convoi funèbre d'un sans-toit jusqu'à son dernier lieu de repos. Deux chiens égarés et un essaim de corneilles tournent autour de ce convoi qui traîne lentement parmi des croix abandonnées. Au milieu de la scène, une tombe ouverte: sur la terre qui entoure la fosse fraîchement creusée et encore chaude, des bouquets de coquelicots rouges se sont épanouis! La nature a réglé ses comptes: par une grande mandorle fleurie, elle a dirait-on érigé à un sans-nom la plus belle porte triomphale à l'entrée du néant". Fortiche comme interprétation, non? Qu'en penses-tu, Ivan?

     

    19. Funérailles à la slave!

    Ivan Lackovic: "Funérailles de Konaci" 1966 - sérigraphie/papier

    19. Funérailles à la slave

     

    Sofija DOKLEAN: "L'enterrement", huile sur toile de 1972

    Sofija est d'origine roumaine. Née en 1931 dans le village d'Uzdin, non loin de Belgrade, en Serbie donc, elle n'a semble-t-il jamais quitté son coin de campagne, cousant, confectionnant des coussins "comme des bateaux", travaillant dans les champs.Mariée à 16 ans, elle dit que c'est elle qui a choisi son mari (hum!). Son mari est heureux de la voir peindre les coutumes, le peuple au travail dans les champs. A propos de l'enterrement, Sofija dit: "C'était quelque chose de triste. Un garçon de notre village était mort et je suis allée à son enterrement. D'habitude, tout le monde s'y rend lorsque c'est quelqu'un du village qu'on enterre. Toutes les femmes pleurent. C'était infiniment triste".

    Les femmes sont en noir, les hommes en blanc, le cimetière au second-plan est superbe.

    19. Funérailles à la slave

     

    Jozé SVETINA: "Funérailles" - huile sur verre, 1968

    En Slovénie, Jozé Svétina est instituteur (né en 1934 à Smartno) et vit à Zavodnje, petite localité de montagne. Vous avez remarqué?: il peint des ciels rouges. Jozé s'explique: "le soir, parfois le ciel est d'un rouge si beau qu'il y a une lueur rouge même à l'intérieur des maisons. Mais le rouge de mes tableaux est le reflet de la mort de ma fille de six ans. Ici sur la montagne, au milieu de ce paysage magnifique, mais aussi dans cette solitude, je ne parviens pas à me défaire de la tragédie de ma fille. La peinture représente ses funérailles. Ce souvenir m'obsède". 

    19. Funérailles à la slave

     

    Dragan GAZI: "Un malade dans la famille" Huile sur verre, 1975

    Ah, ici on triche un peu! La mort n'est pas encore entrée par la fenêtre emporter l'âme du malade, et on espère même qu'il guérira, avec des infirmières pareilles! Dragan est fermier (né en 1930), c'est le voisin d'Ivan Generalic, le boss de Hlebine. Il aime la peinture réaliste, représenter les animaux et les travaux des champs. Ici, il se démarque de ces thèmes classiques, avec ce malade verdâtre. Peut-être pense-t-il à son frère Branko, sculpteur connu, cloué au lit durant 20 ans,  qu'il a soigné sans repos. Ne laissez pas la bougie s'éteindre!

    19. Funérailles à la slave

     

    Finissons cette tournée des cimetières avec ce dessin au crayon, plume et encre de Chine d'Ivan VECENAJ ("Enterrement" -1962), vous savez, le toqué des thèmes bibliques! A bientôt,

    Cébizar Lémek

    (cebizarlemek.eklablog.com)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :